Contributions still being accepted. Thank You!

 

Un contrat vaut plus qu'un simple bout de papier

Bill Ayer, coprésident, Coalition Pension NB

Quand un contrat cesse-t-il d’être un contrat? Quand c’est un contrat conclu avec le gouvernement du Nouveau-Brunswick!

À titre de retraités, nous sommes consternés face à l’intention du gouvernement de rompre son contrat de longue date avec nous – fonctionnaires, enseignants, personnel de l’Université du Nouveau-Brunswick et employés d’Énergie NB. Nous avons cotisé de bonne foi à notre fonds de pension par des retenues sur la paie pour nous assurer un revenu – et nous avons planifié notre retraite en comptant sur cette pension.

Nous n’avons pas eu d’autre choix que d’adhérer au régime de retraite. Tout en étant de fidèles employés au service du gouvernement du Nouveau-Brunswick et des contribuables, nous avons continué à contribuer à notre fonds de pension. Nous ne pouvons pas en dire autant du gouvernement, car il y a eu des années où il n’a pas apporté sa pleine contribution. Cette situation n’a pas semblé causer trop de problèmes aussi longtemps que le gouvernement était le garant du régime.

Le présent gouvernement, toutefois, a décidé de rompre notre contrat d’emploi, malgré ses déclarations de mai dernier où il affirmait que « tous les changements apportés au régime de retraite seront progressifs et seront appliqués en fonction de l’avenir. » Aujourd’hui, il se décharge de ses obligations comme garant du régime et entend transférer notre fonds de pension à un nouveau régime assorti de clauses différentes. Les adhérents au régime, y compris les retraités, partageront tous les risques financiers; quant à lui, le gouvernement se décharge de ses obligations. Il agit sans nous consulter et en édictant des dispositions législatives exceptionnelles.

Notre fonds de pension n’appartient pas au gouvernement. À titre de cotisants au régime, nous avons un droit légitime au fonds dans son entier.  Le gouvernement ne peut pas nous enlever ce droit et il ne peut pas réclamer ce fonds pour rembourser ses dettes.

Le Groupe de travail sur les régimes de retraite laisse entendre que la Loi sur la pension de retraite dans les services publics (LPRSP) pose des problèmes; mais nous savons que la Société de gestion des placements du Nouveau-Brunswick a été un bon gardien du fonds de pension. Elle a maintenu les coûts administratifs à un niveau inférieur à ceux des autres régimes en 2011-2012. Par la même occasion, ses placements ont donné de bons rendements, avec une moyenne, sur dix ans, de 6,15 p. 100, ce qui est supérieur à ce qu’ont réalisé les neuf plus grands régimes de retraite au Canada. En fait, au 31 mars 2012, le fonds affiche un surplus de 140 millions de dollars et n’a cessé de réaliser des surplus depuis 2005.

En apportant ces changements à notre régime, le gouvernement fait preuve de discrimination envers ses propres employés. La plupart des retraités ne peuvent retourner sur le marché du travail et n’ont aucun moyen d’équilibrer leur situation financière. S’ils bénéficiaient de prestations de retraite dorées, comme le gouvernement voudrait vous le faire croire, cela n’aurait pas d’importance. Cependant, la pension moyenne est de 21 000 $ et un conjoint survivant peut recevoir à peine 10 500 $ par année.

Notre confiance envers notre employeur, le gouvernement, vient d’en prendre un coup. Par conséquent, nous demandons au gouvernement de rétablir cette confiance en repensant ses intentions. À tout le moins, le gouvernement doit conserver la LPRSP pour les retraités. Faire moins que cela serait illégal, moralement inacceptable et contraire à l'éthique.

Nous savons qu’il existe au sein de la population un mythe selon lequel le régime de retraite accuse un manque à gagner et que le gouvernement devra investir plus d’argent si les taux d’intérêt chutent encore. Mais ce régime de retraite a mieux performé à l’échelle internationale qu’un bon nombre d’autres plus grands régimes et il a affiché un surplus depuis les huit dernières années. Nous croyons que la population du Nouveau-Brunswick comprendra que nous avons versé nos cotisations à ce régime en toute bonne foi. Nous croyons qu’en dépit de la propagande du Groupe de travail, la population reconnaîtra que le régime en soi, qui affiche un surplus de 140 millions de dollars, est en bonne posture. Les Néo-Brunswickois comprendront aussi que si le présent gouvernement réussit à briser notre contrat, alors il n’y aura aucun contrat avec le gouvernement du Nouveau-Brunswick qui vaudra le papier sur lequel il est écrit.

Des rencontres régionales avec les retraités sont prévues un peu partout dans la province. Si vous êtes une personne à la retraite qui reçoit une pension en vertu de la LPRSP, agissez dès maintenant – il ne reste que peu de temps. Votre avenir est entre vos mains.

Les retraités peuvent s’inscrire à Coalition Pension NB au site web http://pensioncoalitionnb.ca/ en cliquant sur - Register - qui se trouve à droite de la page; ou en écrivant à la Coalition, à l’adresse suivante : Coalition, C.P. 3021, Fredericton (N.-B.) E3A 5G8; ou télephoner, sans frais, le numéro 1-855.455 7892 ou le numéro 455 7892 pour la région de Fredericton.